Écrits, pouvoirs, représentations, XVIe-XVIIIe s.

Ce carnet de recherche documente l’exploration problématique de l’histoire culturelle et matérielle de l’État sous l’angle original de la représentation du pouvoir des administrateurs de l’écrit, les secrétaires et secrétaires d’État, au moment du basculement de l’âge renaissant vers l’âge baroque.

Ces administrateurs sont, au début de la période considérée, des agents techniques de premier ordre, institués dans l’immédiat entourage des souverains pour soutenir la formidable croissance de la place de l’écrit politique et de sa mise en circulation dans la prise de décision et plus généralement la conduite des affaires publiques. Ce carnet se veut l’écho d’une étude en cours qui vise à déterminer sur pièces et de manière transdisciplinaire, si la croissance de la position fonctionnelle des administrateurs qui se hissent au rang de premiers et principaux conseillers du pouvoir à la fin de la période étudiée se traduit terme à terme dans la grammaire iconographique de la fin du XVIe-début du XVIIe siècle. Il conviendra également de restituer les caractères spécifiquement nationaux propres aux trois espaces considérés afin de montrer qu’une lente et progressive homologie des pratiques et des horizons d’attente des administrateurs des monarchies anglaise, française et espagnole est à l’œuvre jusqu’à constituer une république européenne des bureaux.

Cette histoire s’insère dans trois chantiers historiographiques principaux : l’histoire sociale du politique, spécialement centrée sur la restitution de biographies en contexte qui permettent de sortir de l’opposition entre histoire sociale et histoire institutionnelle ; le tournant archivistique qui considère à nouveaux frais la place et la position des institutions de l’écrit et plus généralement de la communication comme la pierre angulaire du passage de l’État dans une modalité davantage experte ; l’histoire culturelle et matérielle de l’État qui tend à restituer toute sa place à l’histoire des formes et des pratiques, des instruments de travail et de la langue spécifique des administrations de la première modernité.

Des contributions complémentaires, et notamment des contributions de conservateurs d’institutions patrimoniales et muséales, permettront une mise en perspective de la démarche et des premiers résultats de l’étude.