Vittore Carpaccio, la représentation diplomatique.

Capraccio Ambassadeur

Vittore Carpaccio, Arrivo degli ambasciatori inglesi alla corte del re di Bretagna, 1495, huile sur toile, 275×589 cm, Galerie de l’Accademie, Venise.

Carpaccio Ambassadeur 2

Vittore Carpaccio, Commiato degli ambasciatori inglesi, episodio dal ciclo delle Storie di sant’Orsola, huile sur toile, 280 x 258 cm, Galerie de l’Accademie, Venise.

Première bibliographie de travail

Voici une première bibliographie des ouvrages qui permettent de cerner les enjeux de mon programme de recherche :

André S., « Les « Juntes » de Philippe II. Expertise, bureaucratie, gouvernement », dans Cahiers d’études romanes, 30, 2015, p. 327-351.

Anter A., « L’histoire de l’État comme histoire de la bureaucratie », dans Trivium, 7, 2010, [en ligne : http://trivium.revues.org/3794].

Arasse D., Le Détail. Pour une histoire rapprochée de la peinture, Paris, Flammarion, (collection Champs Ars), 2009.

Bakos A., Images of Kingship in Early Modern France. Louis XI in Political Thought 1560‑1789, Routledge, Londres et New York, 1997.

Bourdin B., La genèse théologico-politique de l’État moderne. La controverse de Jacques Ier d’Angleterre avec le cardinal Bellarmin, Paris, Presses Universitaires de France, coll. (Fondements de la politique ), 2004.

Bouza F., Hétérographies: formes de l’écrit au siècle d’or espagnol, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

Brown W. et al.(dir.), Documentary Culture and the Laity in the Early Middle Ages, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

Castellani M.-M., McIntosh-Varjabédian F. (éds), Représenter le pouvoir. Images du pouvoir dans la littérature et les arts, Bruxelles, Peter Lang, « Comparatisme et Société » 28, 2014

Charton-Le Clech S., Chancellerie et culture au XVIe siècle (les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, «Histoire notariale», 1993.

Chateauraynaud F., Cohen Y., Histoires pragmatiques, Paris, Éditions de l’EHESS, (Raisons pratiques), vol. 25, 2016.

Christin, O., Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Editions de Minuit, 1991.

La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, Le Seuil, 1997.

Les yeux pour le croire. Les Dix Commandements en images XVe-XVIIe siècle, Paris, Seuil, 2003.

Christin O., Gamboni D. (éds.), Crises de l’image religieuse/Krisen religiöser Kunst, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2000.

Collins James B., La monarchie républicaine : État et société dans la France moderne, Odile Jacob, 2016.

Crouzet D., Le «haut cœur» de Catherine de Médicis. Histoire dune raison politique au temps du massacre de la SaintBarthélemy, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Histoire », Paris, 2005.

Daybell J., The Material Letter in Early Modern England : Manuscript Letters and the Culture and Practices of LetterWriting, 1512-1635, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.

Descimon R., Ruiz Ibáñez J. J., Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

Descimon R., Schaub J.-F., Vincent B. (dir.), Les figures de l’administrateur: institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, 16e-19e siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

De Vivo F., « Cœur de l’État, lieu de tension. Le tournant archivistique vu de Venise (XVe-XVIIe s.) », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2013, 3, 68e année, p. 699-728.

Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern, Politics, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Dover P., Secretaries and Statecraft in the Early Modern World, Paul M. Dover (dir.), Édimbourg, Presses de l’université d’Édimbourg, 2016.

Duccini H., Faire voir et faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

Duprat A., Les rois de papier. La caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

Édouard S., LEmpire imaginaire de Philippe II. Pouvoir des images et discours du pouvoir sous les Habsbourg dEspagne au XVIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2005.

Fernandez Albaladejo P., Fragmentos de monarquía. Trabajos de historia política, Madrid Alianza Editorial, 1992.

Ferretti G., « Richelieu, le “Ministre-soleil” de la France, d’après une gravure d’Abraham Bosse », dans Genèses, 2002/3, 48, p. 136-153.

Foa J., « Les acteurs des guerres de Religion furent-ils des protagonistes ? », dans Politix, vol. 112, 4, 2015, p. 111-130.

Fogel M., « Propagande, communication, publication : points de vue et demande d’enquête pour la France des XVIe-XVIIe siècles », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne. Actes de la table ronde de Rome (15-17 octobre 1984), Rome, École Française de Rome (Publications de l’École française de Rome, 82), 1985, p. 325-336.

Fraenkel B., La Signature, genèse d’un signe, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1992.

Gellard M., « Face aux bruits et aux rumeurs. Le dispositif communicationnel de la monarchie française en direction des princes européens durant les guerres de Religion », dans Pierre-Yves Beaurepaire (dir.), La Communication en Europe de l’âge classique au siècle des Lumières, Paris, Belin, 2014, p. 206-213.

Ginzburg C., À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Paris, éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2001.

Grafton A., Blair A., The transmission of culture in Early Modern Europe, Philadelphie, Presses de l’université de Pennsylvanie, 1990.

Greengrass M., Governing passions : peace and reform in the French kingdom, 1576‑1585, Oxford, Oxford Univ. Press, 2007.

Guyotjeannin O. et Potin Y., « La Fabrique de la perpétuité. Le Trésor des chartes et les archives du royaume (XIIIe-XIXe siècle) », dans Revue de Synthèse, 5e s., 125, 2004, p. 15-44.

Head R., « Knowing Like a State : The Transformation of Political Knowledge in Swiss Archives, 1450–1770 », dans Journal of Modern History, 2003, 75, p. 745–782.

Hugon A., Philippe IV : le siècle de Vélasquez, Paris, Payot, 2014.

Hutchinson M., « The Emergence of the State in Elizabethan Ireland and England, ca. 1575-99 » dans The Sixteenth Century Journal, 45, 2014, p. 659-682.

Jones N., Governing by Virtue: Lord Burghley and the Management of Elizabethan England, Oxford, Oxford University Press, 2015.

Jones‑Davies M.-T. (éd.), L’étranger : identité et altérité au temps de la Renaissance, Paris, Klincksieck, 1996.

Jouanna A., Le Pouvoir absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris, Gallimard, « L’esprit de la Cité », 2013.

Le Prince absolu : apogée et déclin de l’imaginaire monarchique, Paris, Gallimard, (L’esprit de la cité), 2014.

Jouhaud C., La main de Richelieu ou le pouvoir cardinal, Paris, Gallimard, 1991.

Kirchner T., « Richelieu et son usage programmatique de l’art. L’image du cardinal dans le décor de ses résidences », dans Richelieu patron des arts, éd. par Jean-Claude Boyer, Barbara Gaehtgens et Bénédicte Gady, Paris 2009, p. 251–272.

– « ‘Observons le monde’. La réalité sociale dans la peinture française du XVIIIe siècle », dans L’Art et les normes sociales au XVIIIe siècle, éd. par Thomas W. Gaehtgens, Christian Michel, Daniel Rabreau et Martin Schieder, Paris 2001 (= Passages/Passagen, t. 2), p. 367–381.

– « La nécessité d’une hiérarchie des genres », dans La naissance de la théorie de l’art en France. 1640–1720, éd. par Stefan Germer et Christian Michel, Paris 1997 (= Revue esthétique,t. 31/32, 1997), p. 186–196.

– Le héros épique. Peinture d’histoire et politique artistique dans la France du XVIIe siècle, Paris 2008 (Passages/Passagen, t. 20).

Laborier P. et Lascoumes P., « L’Action publique comprise comme gouvernementalisation de l’État », dans Sylvain Meyet (éd.), Travailler avec Foucault : retours sur le politique, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 37-60.

Lascoumes P., « Gouverner par les instruments. Ou comment s’instrumente l’action publique ? », dans Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 307‑401.

Le Gall J.-M., Les Guerres d’Italie 1494-1559 : une lecture religieuse, Genève, Droz, 2017.

Le Roux N., La Faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547 – vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000.

– « La cour dans l’espace du palais. L’exemple de Henri III », dans M.-F. Auzepy, J. Cornette (dir.), Palais et Pouvoir, de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003, p. 229-267.

– « Aspects de la culture visuelle à la cour des derniers Valois », dans M.-F. Auzepy et J. Cornette (dir.), Des images dans lhistoire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2008, p. 75-117.

– Le Roi, la cour, l’État. De la Renaissance à l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon (Époques), 2013.

– « Des bourgeois et des princes. Paris, 1614-1617 », Dix-septième siècle 2017/3, 276), p. 463-476.

Lignereux Y., Les rois imaginaires. Une histoire visuelle de la monarchie de Charles VIII à Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016

Marin L. Pour une théorie baroque de l’action politique, texte introduisant à Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État (reprise de l’édition de 1667), Paris, Les Éditions de Paris, 1988.

Mears N., Queenship and Political Discourse in the Elizabethan Realms, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Péquignot S., « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », dans Patrick Boucheron (dir.), Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 709-723.

Perez B. (éd.), Ambassadeurs, apprentis espions et maîtres comploteurs. Les systèmes de renseignement en Espagne à l’époque moderne, Paris, PUPS, 2010.

Petitjean J., L’Intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, École française de Rome, 2013.

Poncet O., « Fabrique des archives, fabrique de l’histoire du Moyen Âge au XIXe siècle. Une bibliographie. », dans Revue de Synthèse, t. 125, 5e s., 2004, p. 183-196

– « Entre patrimoine privé, érudition et État : les vicissitudes des papiers de ministres de la monarchie française (Moyen Âge tardif – époque moderne) », conférence introductive du séminaire de recherche « Archives de famille et recherches en histoire », à l’université nouvelle de Lisbonne, 8 septembre 2017, (à paraître).

Richet D., « La Monarchie au travail sur elle-même ? », dans, Keith Μ. Baker (dir.), The Political Culture of the Old Regime, Oxford 1987, repris dans, De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier (« Histoires »), 1991, p. 425-450.

Senellart M., Les arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, coll. « Des Travaux », 1995.

Schapira N., « Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au XVIIe siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 51-1, 1, 2004, p. 36-61.

Schaub J-F., « Une histoire culturelle comme histoire politique (note critique) », dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001, 4, 56e année, p. 981-997.

Skornicki A., La Grande soif de l’État : Michel Foucault avec les sciences sociales, Paris, Les Prairies ordinaires, (Essais), 2015.

Stollberg-Rilinger B., Les vieux habits de l’Empereur. Une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire à l’époque moderne, trad. Christophe Duhamel, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2013.

Ungerer G., « Juan Pantoja de la Cruz and the Circulation of Gifts between the English and Spanish Courts, 1604/5 », dans SEDERI, n°9, 1998, p. 59–78.

Vieillard-Baron J.-L., « Le statut de l’image dans l’iconographie chrétienne après le concile de Trente », dans Nouvelle revue desthétique, 2014/1 (n° 13), p. 121-131.

Williams M., « Ad regem : Diplomatic Documents as Artifacts of Early Modern Foreign Policymaking », dans Medieval Documents as Artefacts, 1100-1600, Jan W. Burgers et al. (éd.), Schrift en Schriftdragers in de Nederlanden in de Middeleeuwen, Hilversum, Verloren, 2016.

– « Unfolding Diplomatic Paper and Paper Practices in Early Modern Chancellery Archives », dans Arndt Brendecke (dir.), Praktiken der Frühen Neuzeit, Reihe Frühneuzeit Impulse, 3, Vienna-Cologne-Weimar, Böhlau-Campus, 2015.

Écrits, pouvoirs, représentations, XVIe-XVIIIe s.

Ce carnet de recherche documente l’exploration problématique de l’histoire culturelle et matérielle de l’État sous l’angle original de la représentation du pouvoir des administrateurs de l’écrit, les secrétaires et secrétaires d’État, au moment du basculement de l’âge renaissant vers l’âge baroque.

Ces administrateurs sont, au début de la période considérée, des agents techniques de premier ordre, institués dans l’immédiat entourage des souverains pour soutenir la formidable croissance de la place de l’écrit politique et de sa mise en circulation dans la prise de décision et plus généralement la conduite des affaires publiques. Ce carnet se veut l’écho d’une étude en cours qui vise à déterminer sur pièces et de manière transdisciplinaire, si la croissance de la position fonctionnelle des administrateurs qui se hissent au rang de premiers et principaux conseillers du pouvoir à la fin de la période étudiée se traduit terme à terme dans la grammaire iconographique de la fin du XVIe-début du XVIIe siècle. Il conviendra également de restituer les caractères spécifiquement nationaux propres aux trois espaces considérés afin de montrer qu’une lente et progressive homologie des pratiques et des horizons d’attente des administrateurs des monarchies anglaise, française et espagnole est à l’œuvre jusqu’à constituer une république européenne des bureaux.

Cette histoire s’insère dans trois chantiers historiographiques principaux : l’histoire sociale du politique, spécialement centrée sur la restitution de biographies en contexte qui permettent de sortir de l’opposition entre histoire sociale et histoire institutionnelle ; le tournant archivistique qui considère à nouveaux frais la place et la position des institutions de l’écrit et plus généralement de la communication comme la pierre angulaire du passage de l’État dans une modalité davantage experte ; l’histoire culturelle et matérielle de l’État qui tend à restituer toute sa place à l’histoire des formes et des pratiques, des instruments de travail et de la langue spécifique des administrations de la première modernité.

Des contributions complémentaires, et notamment des contributions de conservateurs d’institutions patrimoniales et muséales, permettront une mise en perspective de la démarche et des premiers résultats de l’étude.